Parlé romand

Parlé romand

Parlez-vous suisse romand?

le parlé romand écorche les oreilles des francophones non suisses. «épéclée», «pétée» ou «peufnée», les helvétismes participent de la vigueur de la langue française.

Les helvétismes

Les helvétismes du quotidien

Il y a bien une façon romande de faire le ménage. Comme les Belges ont la loque à reloqueter et les Français du Nord la wassingue, les Suisses francophones ont leur propre serpillière, la panosse, qui peut s’accompagner de papier ménage, d’une patte, voire d’une patte à poussière, me souffle un confrère valaisan, de quoi tout bien nettoyer, tout poutzer. Ecoutons seulement. «La patte à poussière n’est plus dans le galetas, elle a dû être remisée.» Merveilleuse langue romande, qui aurait pu fournir une épéclée de messages codés à la BBC. «Mais prends-la sans autre, elle est restée dans le réduit.» Sans autre quoi? Le Français restera sur sa faim, l’expression s’arrête là.

La faim justement, avec le meilleur de la Suisse romande: les papets, les longeoles, la raclette, la fondue – les deux dernières ayant depuis longtemps traversé la frontière. Les innombrables fromages donc, plus nombreux encore qu’en France, tant pis pour De Gaulle. Le gruyère fait la jonction, fleuron disputé dans les deux pays. Les spaetzli et les rösti plus suisses que romands n’en sont pas moins délicieux. Une petite arvine dans un carnotzet, rien de tel. Il ne reste plus qu’à inviter les Français à venir déguster, pour peu qu’ils arrivent à l’heure: le déjeuner suisse est devenu petit en France, le dîner suisse le déjeuner français et le dîner français le souper suisse.

Source: Le Temps, Article publié initialement en 2010, pour le Sommet de la Francophonie de Montreux.

 

 

 

 

 

 

1 réflexion au sujet de “Parlé romand”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.